Centre d’expertise pour la recherche en immuno-transplantation et en oncologie

Par Jacques Dantal, Néphrologue à l’ITUN dans la lettre Progreffe.

L’augmentation du risque de développer un cancer après transplantation d’organe est connu depuis les débuts du succès des transplantations et cela quel que soit l’organe (rein, cœur, foie…). Les antécédents familiaux et personnels du receveur ainsi que les facteurs de risque classiques connus de la population générale chez le receveur sont très importants à prendre en compte mais cette augmentation d’incidence est en très grande partie liée aux traitements immunosuppresseurs administrés pour prévenir le rejet de greffe.
Trois mécanismes peuvent expliquer la survenue d’un cancer chez un receveur : un cancer transmis par le donneur, un cancer préexistant qui récidive après transplantation et surtout le développement d’un cancer de novo…. Lire la suite

Retour

Comments are closed.